Rencontre avec les jeunes de Saint-Martin

Hier, mardi 20 décembre 2011, nous étions environ une vingtaine, membres du CESC et représentants à divers titre de la jeunesse saint-martinoise, à nous réunir pour échanger sur les projets et les envies des jeunes de Saint-Martin.

Nous avons l’insigne honneur de compter parmi les personnalités qui nous accompagnait lors de cette rencontre, Monsieur André PIERRE-LOUIS, sous-préfet en charge de la cohésion sociale auprès du Préfet de Région Guadeloupe. Il était dommage que n’ayons pu nous rencontrer dans un lieu « co-produit » et qui serait plus chargé symboliquement. Mais il était important de prendre le temps de se voir et de nous entretenir avec les jeunes, militants de leur quotidien et actifs pour le développement de leur territoire. Et il faut le dire, ces jeunes ont des projets et des idées pour poursuivre le développement et l’animation de leur collectivité!

Durant près de deux heures et demie nous avons écouté, commenté et répondu – quand cela était possible - aux propos de ces jeunes saint-martinois. Ils sont scolarisés, chômeurs, employés, danseurs, relais-jeunes, graffeurs, sportifs, deejays, certains en service civique, d’autres étudiants et, chacun leur tour, ils ont brossé leur quotidien et présenté leurs ambitions. La passion qui les anime et leur expérience en font les séduisants promoteurs de projets plus ou moins construits dans certains cas ou à édifier de fond en comble dans d’autre cas… mais tous issus d’une inébranlable passion. Le CESC dans sa démarche volontaire a pris bonne note de tout ce qui a été dit et s’est engagé à poursuivre la réflexion avec le Conseil territorial et les services de la COM de Saint-Martin.

Lorsque le CESC rencontre les jeunes de la collectivité territoriale de Saint-Martin, il se réjouit de voir tant de richesses et de talents. Tant de diversité également… En ma qualité de Président du CESC, je me réjouis de voir que nous ne nous trompons pas en faisant confiance à notre jeunesse, en la formant, en l’écoutant, la conseillant, l’orientant et en lui donnant les moyens de participer à la construction du Saint-Martin qui sera issu d’une approche sur le fondement de l’article 74 de la constitution. je renouvellerai très vite l’expérience afin d’aborder, avec eux et d’autres jeunes saint-martinois des sujets nouveaux et incomparablement préoccupant pour eux, tels que le logement, l’aide à l’emploi, l’aide au passage du permis de conduire, etc.. A l’issue de ces rencontres, le CESC projette de formuler un avis qui sera remis aux élus territoriaux afin que ces questions fassent partie intégrante du programme de politique générale territorial.

Quelques commentaires faits par les jeunes présents hier :

• Nous avons répondu à cette invitation parce que cela nous semblait être une occasion d’échanger avec le conseil économique et social, qui ne sont pas de politiciens, afin d’évoquer certaines contraintes liées à nos projets sur le territoire de la collectivité de Saint-Martin. Les membres du CESC présents nous ont écouté avec attention et ont su proposer, dans certains cas, directement des pistes de solutions adaptées et concrètes pour la continuité de nos projets. Cela nous donne un peu d’espoir

Quel intérêt trouvez-vous dans cet échange ?

Cette opération est intéressante au sens où cela nous donne l’opportunité d’avoir un échange direct et interactif avec des personnes dont le rôle c’est de donner des avis sur toutes les questions qui concernent la vie de la collectivité. De plus, elle nous permet d’établir un lien différent avec des services ou des institutions nouvelles de la COM de Saint-Martin pour le développement et la visibilité de nos projets.

Quel retour faites-vous de cette rencontre?

Bien que nous avions nos raisons de douter de l’intérêt véritable de cette rencontre mais on souhaitait un moment fort avec des représentants de la collectivité. On avait des informations à lui faire remonter notamment au niveau des nouveaux projets pour la jeunesse (la création d’un PLIE à Saint-Martin, la création de lieux de création pour les jeunes, la mise en place de plans de formations adaptées, le développement du service civique, la création du projet «des points citoyens» ainsi que certaines idées répondant aux problématiques des logements étudiants). Cette rencontre fut un moment d’échanges et de partage non seulement avec le CESC mais également avec le sous-préfet en charge de la cohésion sociale auprès du Préfet de Région de la Guadeloupe et aussi avec les autres acteurs du territoire sur la jeunesse.

Cette démarche doit-elle s’inscrire dans la continuité ?

La jeunesse change et c’est tous les jours qu’on s’en aperçoit, le contexte économique et social évolue et de plus la collectivité de Saint-Martin n’est plus un cas classique de collectivité territoriale. Il me paraît important d’avoir des rencontres régulières avec le CESC – je viens de découvrir ce que c’est - afin qu’il ait le point de vue des jeunes comme il l’a fait aujourd’hui. Ce genre de rencontre doit se renouveler afin de continuer à faire bouger les choses à Saint-Martin.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.